POURQUOI JE BOYCOTTE LE REMBOURSEMENT DES SEANCES PROPOSE PAR LE DISPOSITIF MONPSY

 

En tant que psychologues en libéral, nous sommes POUR l'égalité d'accès aux soins psychiques pour les patients ne pouvant payer leurs consultations,

 

MAIS dans un cadre convenable et respectueux de la profession et des patients qui méritent des soins de qualité exercés par des spécialistes confirmés et non des pratiques dévaluées.

 

Les psychologues libéraux n'ont pas à pallier les services de consultations publiques qui sont dépassés par la demande, avec nécessité de créations de postes en CMP. Situation symptomatique des carences que connait le pays au sein de l'hôpital public.

Pourquoi nous sommes opposés sur la forme ?

La première raison est :

« ETHIQUE »

Dans le Code de déontologie des psychologues, le psychologue est RESPONSABLE et AUTONOME : il répond du choix et de l'application de ses méthodes adaptées au patient. Ce n'est pas possible dans le format proposé puisque nous sommes limités pour le nombre de séances (8)et leur durée (30 min). 

 

Cette responsabilité professionnelle prend également en compte l'ACCES LIBRE et INDEPENDANT du patient vers la consultation. Ce n'est pas le cas dans ce dispositif puisqu'il faut un adressage par le médecin généraliste.

Par ailleurs sa déontologie implique qu'il fixe librement ses honoraires, en s'assurant de l'accord préalable du patient.

Au contraire, dans ce dispositif le psychologue s'apparente à un exécutant, sous tutelle, à qui on impose son cadre et son temps de séance.

 

La seconde raison est :

« ECONOMIQUE ET SOCIALE »

Le psychologue libéral ne pourrait tout simplement plus vivre de son métier avec un remboursement si anecdotique, compte-tenu du niveau des cotisations sociales et des diverses dépenses pour un cabinet libéral. Il nous est interdit dans le dispositif de demander des honoraires complémentaires aux patients.

Ce dispositif n'est en aucun cas une réponse adaptée à la souffrance psychique de nos concitoyens.

De par son circuit d'abord : c’est une prescription déguisée qui contrevient à l'accès libre et direct au psychologue - protégé par le Code de déontologie de la profession. La place de facto sous tutelle d'un médecin n’a pas lieu d’être : il n'a pas l'expertise requise pour aborder le soin psychique.

De par ses critères ensuite, qui s'appuient sur des référentiels technocratiques qui n'ont aucune valeur psychopathologique.

De par la limitation du temps d'évaluation de la demande du patient à UNE séance : elle ne tient pas compte de la temporalité, propre à chacun, nécessaire pour élaborer cette demande.

Enfin, de par la détermination préalable du nombre de séances pour le suivi : il nie la singularité de l'accompagnement de chaque sujet.

 

Par ailleurs, les tarifs imposés ne correspondent nullement au haut niveau de formation universitaire des psychologues, sanctionné par un titre. Il leur est également imposé une sélection pour l'entrée dans le dispositif : ses critères sont discutables. Ils ont été définis sans consultation des principaux intéressés. Enfin, l'ensemble du dispositif a été élaboré sans concertation préalable avec la profession. Son Code de déontologie n’est pas respecté sur de nombreux points. L'absence de dialogue a mobilisé une opposition massive.

Nos PROPOSITIONS :

–        l'Assurance Maladie rembourse une partie de la consultation sur une base à négocier.

–        Le reste à charge à négocier avec les mutuelles et une part payée par le patient (Ex CPAM 20 euros, mutuelle 20 euros et patient 10 euros ce qui représente une séance à 50 euros acceptable pour le psy aussi..)

–        Acces direct des patients sans passer par le médecin généraliste.

 

Remboursement MUTUELLES

Certaines mutuelles prennent en charge des séances soit par forfait soit par nombre de séances par an.

N'hésitez pas à contacter votre mutuelle et à me demander une facture.